Mai et juin

Pas tout à fait perdue dans les méandres de la mécanique de l’administration déshumanisée et contrairement aux affirmations du service de l’immigration et de l’intégration sociale de la Gironde, avec qui j’en découds depuis quelques semaines (voire quelques mois!), je continue à faire ce que je fais, dans ce tissu rural.
Je persiste à tisser un lien entre le monde extérieur et ce qu’il se passe en chacun de nous, à ma façon – et non ce n’est pas jamais assez. Je ne suis pas rentable, soit, mais je suis pleine d’énergie à redistribuer.
Ici, c’est, et ça restera, généreux, humain, créatif, constructif… voire essentiel par moment, pour certains et certaines d’entre vous, pour des raisons qui dépassent l’entendement des bureaucrates assoiffés de chiffres et de quotas.
Voilà, ça c’est évacué (presque)… je ne perdrai pas plus de temps sur le sujet (presque). J’ai trop à faire – toujours.
(Et grand merci pour vos courriers de soutien, ça fait du bien de se sentir soutenue…)

Passons donc aux choses sérieuses.
Prenons les bonnes mesures et soucions-nous de vos mains et l’aération de vos cerveaux :

Tous les samedis, sauf si vous passez boire un thé et papoter, je vous attends de 15h à 19h pour imprimer de façon libre.
Une technique d’impression parmi toutes celles qui sont utilisées à l’atelier (collographie, stencil, typo, taille douce, impression direct, monotype etc) avec ou sans presse est proposée avec tout ce qu’il faut pour vous occuper et vous libérer des contraintes habituelles, entendez “expérimentations graphiques à base de formes, de mots et de couleurs” pour créer vos cartes encrées.

Une exception cela dit : le 15 mai, il y aura un atelier Zhen Xian Bao et donc l’atelier imprimerie sauvage aura lieu le vendredi 14 mai (il reste 2 places à chaque date).

Le lundi 31 mai, exceptionnellement, la papeterie sera ouverte pour un atelier de gravure avec Jean-Christophe (places limitées). 14h – 18h, sur réservation.

En juin nous faisons du papier, le jeudi 24 et vendredi 25.
Du papier artisanal à partir de végétaux de la mare et autres ressources (mitsumata, chiffon de coton, lokta).

Puis le 29 juin, atelier collectif de reliure, pour réutiliser le papier fabriqué la semaine précédente (il reste 3 places).

Tous les ateliers de la papeterie sont ouverts à tou-te-s à partir de 5 ans, sauf la gravure (minimum 9 ans, encore une histoire de doigts), sur réservation et dans le respect des mesures sanitaires en application… et proposez-nous une date si aucune ne vous convient…

Un joli mois de mai à vous et à bientôt.

Samedi à la presse

Nous ne ferons pas de vous ni des poètes, ni des artistes, ni des critiques, ni des forces armées de la culture ultra aguerries. Par contre, nous vous proposons outils, savoir-faire, patience, lignes de fuite et perspectives dans un espace d’expression qui ne demande qu’à être exploré et entendu. 

Créer collectivement, tenter des expériences, se tromper aussi certainement qu’on avance vers des formes déjà explorées,  souvent mises de côté par manque de temps ou de connaissances, ni plus ni moins. L’image ne peut être réduite au temps qu’on nous impose, d’autant plus en ce moment…

Qu’est-ce qu’on veut ? Fabriquer des images, avec détermination, amour, résistance et combativité ? Ou peut être proposer de régénérer ces espaces qu’on ne nous a pas encore enlevés ? Ou encore s’émanciper entre autre des outils numériques qui squattent notre imaginaire en laissant croire que c’est plus facile que ça n’en a l’air ? Attention nous adorons, presque religieusement, ces technologies et toutes les possibilités qu’elles offrent, mais nous savons aussi qu’il est temps de s’y remettre, de se salir les mains et de se nourrir le cerveau autrement, de se (re)faire son propre récit. Sans tomber dans quelque chose de rétrograde, revenir aux choses simples pour en extraire un travail collectif plus ancré dans un processus tactile, mécanique, à la cadence apaisée des éclats d’humeurs et à la température de nos sensibilités. Ou encore, peut être qu’on veut trouver des alternatives au rythme imposé, structuré et déterminé par un système qui oublie parfois de quoi nous sommes fait-e-s ? On sait pas trop où ça va aller, et on aime ne pas savoir. Enfin si ! Il y a quelque chose derrière tout ça, vous pensez bien…

Plus concrètement, à partir d’avril, tous les samedis de 15h à 18h, encres, couleurs, rouleaux, tampons, bloque typo, gouges, pointes sèches, formes, supports et presses tourneront de façon aléatoire avec toutes les contraintes que cela implique, une technique d’impression sera choisie le jour même, selon la météo.

Parfois une technique, parfois une autre, toujours une image imprimée façon Ninja des bois, sans chichis. On vous propose pas grand chose : utiliser images et textes imprimés sur un support papier, penser aux découpages, collage, multiplications, réductions, ponctuellement pour recroiser les récits, ou pas d’ailleurs…

À long terme, ces images seront intégrées dans un zine, ou quelque chose de semblable, imprimé par nos soins et selon la récolte, mais nous en reparlerons asap. En attendant, nous répéterons l’expérience tant que c’est possible et tant que ça n’a aucun sens, autre que cette liberté de faire avec ce qu’on a.

C’est bien joli tout ça mais il y a tout de même des contraintes sanitaires et des barrière à respecter, alors inscrivez-vous au plus vite.

Places limitées et c’est bien la seule chose qui le soit.

Comme des poissons…

Vous l’avez remarqué? Les journées sont plus longues et pleines d’envies, tout pousse et s’expose à nos yeux fatigués. C’est donc le moment parfait pour se lancer et de faire un atelier d’initiation à la Papeterie des Arceaux. L’instant idéal n’existant pas, gorgez-vous d’idées et venez vous inventer des histoires, ou percer quelques mystères qui n’en sont pas mais qui trainent encore autour des longueurs imposées. Exploitez donc ces choses qui se blottissent au bout de vos doigts, ces trucs que vous soupçonnez mais que vous n’avez pas eu le temps d’apprivoiser, c’est le moment de vous en saisir et de vous en servir avec force et énergie, ou douceur et tendresse, au choix… En tous les cas, le plaisir chaotique et immédiat de l’enfance est à portée de mains quand on s’y autorise, un peu déjantée mais extrêmement sérieuse cette histoire là. Toutes ces choses qui se dissimulent dans le papier, l’encre, les mots, les fils et la terre doivent prendre l’air… Réservez une place autour de la table au plus vite – toujours dans le respect des barrières pas si imaginaires et tout aussi efficaces.

Mardis 13 et 20 avril de 15h à 18h (3h)

Atelier “libre” : les premier-e-s inscrit-e-s décident. Essayez la reliure (bradel, sans colle ou asiatique), ou domptez le papier (origami ou kirigami) ou bien fabriquez du papier végétal. Et oui, c’est du tout terrain avec moi, rien ne m’arrête, mais c’est vous qui choisissez…

Tout le matériel est fourni. Et le goûter aussi!

Débutants ou expérimentés de tout âge.

Mercredis 14 et 21 avril de 14h à 18h (4h)

Atelier gravure, lino ou xylo, venez vous initier ou peaufiner vos connaissances avec Monsieur Long. Peu importe votre niveau, l’image sera ! Et vous repartez avec votre gravure imprimée sur du papier de qualité ou un t-shirt à votre taille ! C’est beau et c’est ici que ça se passe.

Tout le matériel est fourni. Et le goûter aussi…

Débutants ou expérimentés, à partir de 9 ans. 

Vendredi 16 avril 15h-18h (3h)

Atelier Céramique, et oui il y en a aussi ! 

Avec Juliette venez essayer le modelage, le façonnage, l’estampage, et le décor à l’engobe sur faïence.

Principalement un travail à la plaque pour commencer, des carreaux décorés ou de petits contenants. Juliette répondra aussi à toutes vos questions sur la céramique. Après séchage, les pièces seront cuites dans un four un peu plus loin et restituées dans les deux semaines suivantes à la Papeterie. 

Tout le matériel est fourni mais venir avec un tablier, c’est mieux…

Débutants ou plus expérimentés de tout âge. 

Jeudi 22 et Vendredi 23, de 15h à 18h (3h)

Atelier film animé, du papier découpé sur banc-titre en stop motion, du collage un peu excentrique sur fond sonore improvisé, faire de l’image animé est addictif ! Vous en redemandez chaque trimestre, je vous en ressers avec plaisir et en double dose.

Tout le matériel est fourni. Et le goûter aussi!

Débutants ou plus expérimentés de tout âge. 

(Bon c’est complet le 23… et oui il y en a qui sont malins, rapides et bien renseignés, mais passez voir comment on fait c’est possible aussi…)

En congé

Et oui il est temps de prendre l’air. La boutique sera donc fermée jusqu’au 19 mars inclus, autrement dit, on sera de retour le 20 mars… Mais vous pouvez toujours passer commande sur le site, les colis seront expédiés.

Du vertige? On peut en fournir…

Le vertige, peur de tomber dans le vide, on connaît pas ! Et non, même pas peur du vide ! En fait si, le(s) vertige(s) on connaît bien, pas comme ça, on vous l’accorde, mais quand même – même pas peur ! 

On balance des trucs sans savoir où ça va tomber ou rebondir et bam on se prend de toutes façons une brassée de choses inattendues. On accueil. On fait avec, on transforme en autre chose. On plie du papier à la place de l’échine. Et oui, les fées sont d’accord, le crapaud ne cessera pas de chanter, les libellules n’ont qu’a bien se tenir, la sorcière en fera son bal, les prétentieux merles seront de la fête et c’est le risque encouru, cherché, voulu et choisi chaque jour dans cette boutique-atelier en milieu rural. C’est vivant, c’est surprenant, c’est la routine des imprévus, c’est (sur)humain – enfin ce qu’il en reste. Et on vous invite à y participer.

Nous ne savons pas ce qu’il va se passer d’ici là, mais pas d’inquiétudes, ici on est toujours prêt, toujours aux aguets, toujours en mouvement, bien ancré dans notre savoir-faire. On est bousculé par nos rencontres. Bouleversé par ce qu’on voit, entend et lit, mais pas d’inquiétudes, on est toujours d’attaque, activement lancé dans la poursuite des choses qui nous échappent. On continue à proposer, à projeter, à embrasser de nouvelles aventures dans un éclat de joie et de questions sans fin. Alors rejoignez-nous, fer à souder et Tetra Pak en main pour cette version d’ateliers d’hiver et non avariés. Comme on est épuisé par toutes ces choses qui nous dépassent, on cède la place à d’autres mains accoutumées, qui ont l’énergie nécessaire le temps qu’il me faut pour faire des muffins ou des cupcakes.

Mardi 16 février, 13h30-17h30 

Initiation au Circuit Bending avec Bob. Et oui, et oui. Venez transformer vos vieux jouets en synthétiseur lo-fi et autre instrument aléatoire, c’est rigolo, c’est malin et c’est exactement ce qu’il vous faut ! 

Si vous avez un fer à souder, des jouets (sonores) au destin douteux et une pince à dénuder, faites-nous plaisir, réservez dès maintenant, nous aurons besoin de vous.

40€/ atelier de 4h + collation, petits soins habituels et tout ce qu’il faut, si vous n’avez rien sous le coude (à partir de 9 ans).

Mercredi 17 février, 14h-17h

Initiation au stop motion, tout est là pour vous donner les moyens de faire un petit clip en papier découpé façon collage animé et décalé sur banc titre, cadavre exquis collectif ou scènettes absurdes peu importe, animez vos idées. 

36€/ 3h d’atelier, matériel+ goûter, pas d’âge limite, juste savoir tenir en place, debout ou assis un certain temps et avoir une suite inattendue dans les idées, ou pas…

Jeudi 18 février, 14h-17h 

La reliure, tout un recueil ! Le petit carnet (dessin ou écriture) dont vous rêviez pour y déposer toutes ces choses qui trainent, ben voilà c’est l’occasion de vous le faire vous-même… à l’italienne ou à la française, vos doigts auront le choix des impressions.

36€ / 3h d’atelier, matériel+ goûter, pas d’âge limite, si vous avez des tissus ou des papiers que vous aimeriez transformer en couverture, n’hésitez pas à les apporter.

Vendredi 19 février, 13h30-17h30 

Atelier gravure. Le lino ne vous résistera pas longtemps avec les bons conseils de Mr Long. Repartez de la Papeterie avec une gravure à votre image, imprimée sur du papier de qualité ou sur un t-shirt à votre taille… vous en redemanderez, c’est certain.

40 € / 4h d’atelier, à partir de 8 ans, matériel et goûter sur place, apportez une image à graver, si ça vous dit.

Samedi 20 février, 13h30-17h30 

Gravure sur Tetra Pak et lasagnographe en direct ! Elisa vous montrera qu’une pointe sèche ça à de la gueule ! La taille-douce n’en porte que le nom, on vous aura prévu, le résultat est brutal et à toujours un petit effet à retardement… à vous de voir ! Pensez à rincer et à sécher vos Tetra Pak avant de venir… mais si vous n’en avez pas on aura de quoi vous occuper les mains.

40€ pour l’atelier de 4h + collation et petits soins habituels et tout ce qu’il faut si vous n’avez rien sous le coude (à partir de 9 ans) – j’insiste : lavez et séchez vos Tetra Pak…

Et non, la première semaine des vacances rien de fixé !

Nous vous invitons donc à combler l’espace avec vos propositions et vos idées : ateliers de 14h à 17h, au choix, sur RDV et sur mesure, envoyez un mail ou passez en direct, vous verrez, on est bien à Grand Brassac.

De toutes façons, on sera là, à boire du thé, et à faire une chose parmi d’autres, alors n’hésitez pas.

Naturellement tout ce fera selon ce que nous aurons comme “autorisation(s)” au moment venu (n’hésitez pas à réserver malgré tout, 6 places par atelier ça part vite!) et avec tout ce qu’il faut pour vous protéger et nous protéger, des gestes simples et efficaces, contre le virus et la mauvaise humeur…

Et tant que nous y sommes, on prend notre courage à deux pieds, on le fait roucouler entre des épaules courbées, une poitrine bombée et on vous souhaite une belle année à venir, oui, c’est facile et c’est de saison, alors profitez des bonnes ondes et avancez d’une case vers la prochaine énigme…

Bisous, bisous !

(et merci à Ortie38 pour le son de la vidéo des extraits du TeaTime du 17 à 17h…)

Tea ?

En attendant l’année prochaine

Et oui, on obtempère, on se plie, on fait avec… des moments s’annulent et seront irremplaçables mais l’espace public reste le notre et il est à utiliser avec intelligence, en accord avec nos sentiments les plus fous… et c’est pas parce que nous obtempérons que nous cédons, ni ne nous soumettons à la politique des plus forts, notre pouvoir est plus grand encore parce que bien plus délicat, plus subversif, plus décalé, plus inattendu, plus humain et toujours là, simplement en retrait. Et oui, ça ne sert à rien de se heurter contre ces murs, sauf si on veut perdre quelques dents. La résistance se poursuit donc de l’intérieur, discrètement, entre 4 murs soit, plus ou moins seul-e-s mais aussi entre nous, avec vous, on tient encore debout face à la folie du reste du monde.

Un petit tea time pour terminer l’année était prévu et bien c’est ce que nous avons fait, à la votre !


(deux versions du tea time confiné et filmé sont disponibles sur notre ici)

 

Qui a mon parachute?

Oui je vous l’accorde, la vraie citation est “What color is your parachute?” mais je trouve ça plus drôle de me faire piquer mon parachute… et mon N il est où ?

Tous les jours, on réagit aux choses entendues, vues ou lues, que nous recevons, que nous cherchons. Oui, c’est chronophage, mais on y peut rien, c’est un exercice stimulant et vital, en ce qui me concerne, pour d’autre c’est autrement. Deux trois choses entendues vues ou lues sont à l’origine de cette petite missive du mois de novembre, qui n’a qu’un seul but au final, en plein confinement bancal, ce but est de vous vendre du rêve ! Non, je rigole, hein! je voudrais surtout vous vendre du papier, des reliures et des t-shirts ! (huhuhu – pardon). Donc parmi ces choses un article sur la “passion economy” de Li Jin, une phrase anodine d’un ami, qui dit “…désolé, je suis instit’…” (hors contexte c’est encore mieux), et puis ce que je fais tous les jours avec conviction, c’est à dire, ce que beaucoup appellent “mon travail”, bon et aussi toutes ces choses qu’on traîne avec soi jusqu’au moment où elles doivent sortir, d’une façon ou d’une autre…. hmmm ? 

Alors j’ai pensé, si, si, j’ai pensé à vous ! À vous qui nous soutenez ou qui travaillez avec nous, mais oui, j’ai pensé à vous et à nous dans le marasme actuel…

Comment continuer à échanger avec intelligence et passion ce que nous savons faire ? Vous l’avez pensé vous aussi ? Oui exactement, c’est ça la mission top secrète de La Papeterie des Arceaux en toutes lettres : continuer à nourrir et se nourrir d’une économie créative qui baigne dans l’absurde et qui nous détend du cerveau tout en faisant de la cardio sans une goutte de transpiration en trop…

Le travail, l’économie (?) vaste sujet, qui a du sens quand on aime ce qu’on fait et qu’on sait ce qu’on fait. Quand on maitrise notre production nous-même. Quand on n’attend pas qu’une instance nous dise combien vaut notre travail. Alors, quand est-ce que nous arrêtons de nous excuser de faire ce que nous savons faire et surtout que nous aimons faire ? Nous on sait combien ça nous coûte et la confiance ne manque pas. Alors au boulot… 

C’est idéaliste. C’est une vocation à foutre le bordel. Et c’est jouable. Mais c’est surtout libérateur ! Et c’est possible parce que nous avons tous et toutes besoin de moments produits avec nos mains, nos réflexions, nos savoirs-faire en plus du reste. Et oui, vous avez le droit de vous offrir des moments lyriques, déchainés, doux et décalés aussi. 

Quand on a la possibilité de vivre de nos savoirs-faire, de nos passions – et s’en découvrir de nouvelles à chaque rencontre – pourquoi s’en priver ! Ne pas se cantonner à une seule histoire mais les multiplier est une base saine. No limit, restons authentiques, autonomes et sincères. Un croisement passionné entre la non-production et la non-consommation, des relations plus simples, plus intenses et plus justes – oooooo !

Ici, on y remédie essentiellement par la création – à la chaine, arts, artisanat, images, sons, écritures, matières, pensées, corps, émotions, partages, conversations, échanges, raisonnements  et une trame de fond permanente, qui pourrait peut être s’attacher à apporter d’autres façons de faire, de voir, de penser et tout le reste. Tout ce qui est possible avec vous – et tout ça en se faisant du bien – à chacun de trouver ce qui lui fait du bien (oui, prendre une claque culturelle ça fait aussi du bien parfois sans aucune digression). 

Vous savez quoi ? On peut vous aider ici. Avec un livre, une reliure, du papier, de l’encre, des couleurs, des mots, des sons, des images, un moment, une conversation, un échange de savoirs ou de techniques… Oh ! une économie qui est faite par des personnes passionnées par leur métier, qui créent une identité artisanale et culturelle multiple et arborescente, des personnes qui cultivent la curiosité c’est sexy, c’est beau, c’est vrai, c’est plouc, c’est nous.

 

Mais alors, “tu choisis la passion plutôt que la rémunération ! c’est pas réaliste.” Rabat-joies que vous êtes ! Les deux sont possibles on vous dit, passion et rémunération, si on joue ensemble. Et c’est avec vous que nous y arriverons comme toujours, parce que vous aussi vous êtes uniques et vous avez aussi droit à quelque chose de plus excitant que les nouvelles du jour et au-delà de toute cette passion, on pourrait vivre simplement de tout ce qu’on aime. 

Et à la fin de la journée, on aime bien une histoire bien racontée dans laquelle on se reconnait… Et bien là j’ai encore pensé (si, si) à vous ! Vous qui nous soutenez, mais oui à vous dans le marasme actuel et si on peut vous aider nous le ferons avec passion et plaisir. Mais bon en attendant, n’hésitez pas à nous acheter du papier, des reliures, des BD et des t-shirts!

Alors, au plaisir de vous revoir ici en corps et en substance !

 

On manque de mots !

 

Eh oui, en plus nous n’avons jamais fait de concours à la Papeterie des Arceaux. 

Certainement parce que nous n’aimons pas la compétition, on préfère d’autres formes de relations. Par contre l’amour nous aimons beaucoup. Nous aimons aussi le jeu, le papier, les images, ce que vous en faites et l’improbabilité des choses à venir. Alors, on s’est dit qu’il était temps de proposer un truc qui relie tout ça. Et boom, on a pensé à un genre de concours, si, si, si.

Soyez joueuses et joueurs :

Écrivez-nous vos plus gros mots d’amour sur du vrai papier avec vos petites (et grandes) mains et postez-les nous par courrier. Ben oui, tout le monde à besoin d’amour, surtout avec les journées qui se raccourcissent. L’écrire c’est bien. C’est simple. On en reçoit tous et toutes des lettres d’amour, sous des formes très inattendues, mais ici on a envie de vos mots.

Une lettre d’amour à vous-même. Une lettre à un / une inconnu-e ou à cette personne qui vous émeut tant depuis si longtemps, peu importe, faites-nous plaisir, lâchez-vous, écrivez tout sur un “vrai” papier et envoyez. Réfléchissez pas trop, lancez-vous. Laissez vos mots se rependre sur cette surface que vous avez choisi pour l’occasion. Nous on veut de l’amour manuscrite !
Que cette lettre soit timide, sensuelle, subversive, passionnée, réservée, douce, drôle, irritée, imaginaire, inventive, furieuse, coupable, généreuse ou réelle peu importe. Couchez-la sur du papier et expédiez-la par la poste.
Mais oui, grattez ce papier qui démange, écoutez l’encre qui s’étale, regardez la forme que prennent vos pleins et vos déliés. Appréciez l’enchainement de vos lignes tracées à main levée, qu’elles soient indécentes ou d’un style plus châtié, tout est bon. Laissez votre pouvoir épistolaire prendre forme. Faites-vous du bien et envoyez-le tout à La Papeterie des Arceaux, juste pour le plaisir. 

– Deux conditions pour jouer : les lettres doivent être manuscrites et envoyées par courrier classique (oui avec une enveloppe et un timbre – bon d’accord, on peut aussi les déposer dans notre boite à la Papeterie) mais avant le 31 octobre 2020 :

Montrez-nous vos plus gros mots d’amour avant le 31/10 par courrier…

La Papeterie des Arceaux
7 rue de l’arsault
Le Bourg
24350 Grand Brassac

Participez à la grande reliure débordante de choses tendres, dégoulinante de pensées insoupçonnées. Les lettres seront “visibles” à la Papeterie d’ici la fin de l’année, reliées à la main dans un recueil unique plein d’amour en tous genre, à vous de voir et à nous d’y croire. Nous laisserons peut être filtrer des extraits, des morceaux choisis et des citations.

Jouez le jeu !

Envoyez-nous des bouts de vous sous forme de lettre d’amour. Il y a même un graveur, qu’on aime vraiment beaucoup, qui va illustrer de son encre et de son bois la plus “chose“ de toutes ! (et c’est vous qui déciderez laquelle sera illustrée – mais on verra plus tard tous les détails)

(ANNONCE SPÉCIALE – Cherchons 7 âmes juré-e-s pour concours de mots d’amour et plus si affinités – adressez-vous à la Papeterie des Arceaux, tout simplement avant le 01/11/20- FIN DE L’ANNONCE, merci).

Et si vous avez encore un doute ouvrez vos oreilles, essayez de vous mettre dans le bain avec ces quelques lettres d’amour et pas qu’épistolaire, qui circulent déjà dans les airs : 

A Hymn, Love Song, IDLES, Letter Bomb, Baxter Dury, Love, Suicide, En relisant ta lettre, Gainsbourg, Love of my Life, A.Calvi, Not a Love Song, Public Image Limited, Love is the Main Thing, Fontaines D.C., L.O.V.E., KOKOKO, Love Like This, M.Glaspy, Love Salade, Four Tet, Letters to the Metro, Mogwai, The Letter, Belle And Sebastian, Love Leaks, The Residents, Love Days, Primo, Love’s Dart, Django Django, Can I read you this, Désormais, New Love Cassette, Angel Olsen, This is Love, PJ Harvey, Do You Love Me, Nick Cave, Love, John Coltrane, ou simplement Love Letter, Ketty Lester pour ne citer que quelques titres… parce que de l’amour il y en a partout, quand on écoute avec les bons organes.

Bon alors, vous faites quoi là ? Au boulot… 

On vous aime !

Un petit tour à cheval sur les saisons

Vous avez remarqué ? Nous avons été bien silencieux ces dernier temps. 

Mais non, vous n’aviez rien vu ?! C’est normal, concentrés comme vous l’êtes sur tant d’autres choses, le temps file. Surtout le dimanche.

C’est ça la magie de 2020 !? Cette magie qui fait disparaître des événements en un claquement de tendon… et bien cette magie là peut en concevoir d’autres moments, autrement réservés et humains… 2020 est loin d’être pourrie, elle nous révèle juste toutes nos charmantes faiblesses d’un glissement de doigts et de poudre à paillettes, celles que nous avons l’habitude de repousser à plus tard, d’ailleurs… pardon je vous égare – faut pas laisser autant de temps entre avant et maintenant !

J’avoue qu’à la Papeterie, on s’imaginait en profiter pour bâtir des châteaux à la taille d’une nouvelle condition humaine façon Ferdinand Cheval. Un côté équidé déguisé avec des pantoufles de verre, en pierre brute et béton armé. On s’y attèle depuis si longtemps déjà que vous seriez étonnés de nos conclusions débridées. Bref, après le facteur Cheval le déluge, les derniers rayons de septembre sont timides !

Bon parlons de choses plus palpables, locales, noisy, transpirantes et tatouées.

Et oui, Eyküss est bien venu sur son étonnant destrier à 3 têtes, preuve que tout n’est pas encore perdu, ni recraché, ni reformulé, ni détourné par l’année 2020. On peut encore vivre en directe, des fois aussi. Je ne prends pas grand risque à dire que c’était bien bon ce moment eyküssien sauce wélélé ! Et les personnes présentes confirmeront.

En attendant d’avoir à nouveau le temps de nos illusions et de nos idéaux, remettez-vous de vos émotions inavouables, de vos impulsions insatiables, de vos mauvaises habitudes, de votre besoin mécanique de faire du crochet à doigts, du vaudou et de manger des guêtres à poil(s). 

Un grand merci à Sukann, Fifou et Yaya pour leur énergie et ce chouette moment à La Papeterie des Arceaux ! 

RDV en décembre pour le dernier Tea Time de l’année…

Et si vous n’en avez pas eu assez, vous pouvez toujours regarder la vidéo qui résume 45mn en 4mn…

 

Quelque part en Dordogne en 2020…